Pattes arrières qui flanchent chez le chien : quelles sont les causes et les solutions ?

Pattes arrières qui flanchent chez le chien : quelles sont les causes et les solutions ?

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur les autres gênes au niveau du train arrière chez le chien, vous pouvez consulter notre précédent article sur les différents problèmes de pattes arrière chez le chien.

De nombreux chiens peuvent être confrontés, à un moment ou à un autre, à un problème de pattes arrières qui commencent à flancher. Si votre chien a de plus en plus de mal à se lever, trébuche ou tombe après une longue promenade, cela peut être le signe de faiblesse ou de douleur au niveau de ses membres postérieurs. Les causes de cette défaillance des pattes arrière peuvent être multiples. Dans cet article, nous allons justement passer en revue les causes fréquentes de faiblesse des postérieurs chez nos amis les chiens, ainsi que les différentes options pour leur venir en aide.

 

Quand les pattes arrières du chien flanchent : reconnaître les symptômes d'un problème de train postérieur

 

Lorsque nos compagnons commencent à présenter une défaillance de leur train arrière, certains signes doivent nous alerter. Des pattes postérieures qui flanchent ou un manque de tonus musculaire des cuisses sont des indices révélateurs d'un dysfonctionnement au niveau lombaire, articulaire ou neurologique.

On peut classer les principaux symptômes indicateurs d'une souffrance des membres postérieurs en trois catégories :

 

Catégorie 1 : Raideur et perte de mobilité

  • Difficulté à se lever après le repos, avec un aspect rigide du bassin
  • Démarche anormale de type "en kangourou"
  • Impossibilité ou réticence à monter les escaliers, à sauter

 

Catégorie 2 : Douleurs

  • Boiterie, claudication
  • Grattage, morsure excessif des postérieurs
  • Cri au moment de se coucher

 

Catégorie 3 : Faiblesse musculaire

  • Fatigue rapide des postérieurs lors des promenades
  • Tremblements des membres, pattes en coton
  • Amyotrophie : fonte visible de la masse musculaire
  • Paralysie partielle ou totale
  • Incontinence urinaire ou fécale

Si un ou plusieurs de ces signes apparaissent, il est impératif de consulter son vétérinaire pour une prise en charge adaptée et un diagnostic précoce de la pathologie en cause.

 

Pourquoi mon chien a du mal à tenir sur son train arrière ?

 

Vous avez remarqué que votre compagnon a de plus en plus de difficultés à se lever après une longue sieste ou qu’il trébuche en promenade ? Ces signes peuvent être le reflet d’un problème au niveau de ses pattes arrière. De nombreuses affections touchant les membres postérieurs du chien affaiblissent ses appuis et entravent sa motricité. Outre la détresse physique occasionnée, cette instabilité arrière-train handicape grandement ses capacités à se mouvoir et risque de provoquer des chutes ou un isolement social de l’animal. Voici les différentes causes.

 

L'arthrose

L'arthrose touche fréquemment les chiens seniors au niveau des hanches et des genoux. La dégénérescence du cartilage provoque un frottement douloureux de l'os à l'intérieur de l'articulation. Les signes sont une raideur et boiterie, surtout après le repos. L'arthrose empire progressivement, rendant la station debout et les déplacements de plus en plus pénibles.

 

Les problèmes disques/vertèbres

Les hernies discales surviennent souvent chez certains chiens prédisposés. La pulpe du disque intervertébral fait protrusion et comprime la moelle épinière. Cela cause des douleurs intenses, une paralysie partielle ou totale des pattes arrière. Une chirurgie est parfois nécessaire.

Les problèmes de compression vertébrale comme la spondylose touchent aussi bien les jeunes chiens dynamiques suite à un traumatisme, que les seniors atteints d’arthrose.

 

Les maladies neurologiques

L’ataxie affecte la coordination des mouvements à cause d'une atteinte du cerveau ou de la moelle. Les chiens titubent et trébuchent. Dans la myélopathie dégénérative, la moelle épinière s'altère progressivement entrainant faiblesse et paralysie des postérieurs.

Les tumeurs au niveau de la colonne vertébrale ou du cerveau peuvent aussi impacter les pattes arrière en comprimant les fibres nerveuses.

 

Les accidents et blessures

Fractures du bassin, déchirures ligamentaires (rupture du ligament croisé fréquente) suite à des traumatismes comme des chutes, morsures, impacts véhicule, empêchent le chien de s’appuyer normalement sur ses postérieurs car trop douloureux. La rééducation est indispensable après ces accidents.

 

La perte de masse musculaire

Avec l’âge ou la sédentarité, les chiens peuvent perdre beaucoup de muscle. L’amyotrophie des postérieurs rend la position assise ou debout difficile, les pattes tremblent sous le poids. Un renforcement musculaire progressif sera bénéfique.

 

Boiterie du chien : la dysplasie de la hanche en cause

 

La boiterie de votre animal de compagnie peut fortement impacter sa qualité de vie, sa mobilité, mais aussi être à l'origine de souffrances dues aux frottements articulaires anormaux. Si votre chien se met à clopiner au bout de quelques minutes de balade, ou qu'il a du mal à se lever après une longue période de repos, il est temps de consulter.

En effet, l'une des premières causes de claudication aiguë ou chronique chez nos compagnons à quatre pattes est la dysplasie de la hanche. Cet état pathologique lié à une malformation de l'articulation coxo-fémorale va induire des douleurs, une raideur, une boiterie caractéristique. L'usure prématurée du cartilage au niveau de la hanche génère également le développement d'une arthrose dysplasique qui se manifeste par une inflammation articulaire et des difficultés de mouvement complet.

Les races comme le Labrador, le Rottweiler, le Berger Allemand sont plus prédisposées, mais tous les chiens sont potentiellement concernés. Des solutions existent cependant selon le degré de dysplasie : traitements médicamenteux, rééducation, voire chirurgie chez les animaux jeunes avant l'apparition de l'arthrose.

à Pour en savoir plus sur la dysplasie de la hanche chez le chien

 

Comment soulager un chien qui a mal au train arrière ?

 

Voir son compagnon peiner à se lever ou montrer des signes de souffrance au niveau de son arrière-train est déchirant. Heureusement, plusieurs options s’offrent à nous pour soulager les douleurs du train arrière de nos chiens et améliorer leur confort au quotidien.

Avant toute chose. Veillez à discerner pour quelles raisons votre chien faibli au niveau du train arrière. De la simple petite blessure ou votre chien pourra s’en remettre au bout de quelques jours, à la paralysie ou encore à une rupture ligamentaire et/ou tendineuse, le traitement ne sera pas le même. Veillez donc à discerner la cause de ses douleurs.

Le repos est essentiel pour soulager le train arrière et éviter l'aggravation des douleurs liées aux efforts. Choisissez une surface moelleuse et confortable, idéalement au chaud, pour que votre chien puisse s'y prélasser sans ressentir de gêne. Vous pouvez compléter par des massages relaxants au niveau des pattes, cuisses et bassin avec des huiles essentielles antalgiques.

L’application de chaleur, grâce à une bouillotte ou une couverture chauffante adaptée, aide à détendre les muscles et soulager les tensions. Certains vétérinaires proposent également des séances de laser thérapie ou d'ondes de choc pour une action en profondeur.

Sur prescription de votre praticien, des médicaments anti-inflammatoires et antidouleurs ciblés sur votre animal peuvent être administrés pour diminuer les phénomènes inflammatoires et la sensation de souffrance. Ils devront néanmoins être suivis avec attention.

 

Avoir recours à des compléments alimentaires spécifique pour des problèmes d’arrière-train

 

La chondroïtine et la glucosamine

La chondroïtine associée au sulfate de glucosamine contribue à la régénération du cartilage articulaire. Ces deux composés limitent la dégradation des articulations en stimulant la production de glycosaminoglycanes, constituants essentiels du cartilage. Ils soulagent ainsi naturellement l’inflammation et la douleur.

 

Les Oméga 3

Les acides gras Oméga 3 issus des poissons gras comme le saumon ont démontré une réelle efficacité anti-inflammatoire. Ils permettent de réduire les phénomènes inflammatoires à l’origine des douleurs arthrosiques. De plus, ils assurent une meilleure lubrification des articulations.

 

La moule verte

Riche en glucosamine naturelle, en antioxydants et en oméga 3, la moule verte a des vertus anti-inflammatoires intéressantes. Sous forme de poudre lyophilisée, elle apporte tous ses bienfaits pour soulager les douleurs chroniques chez le chien.

 

L’harpagophytum

Les racines de cette plante africaine, appelée « griffe du diable », ont des propriétés antalgiques et anti-inflammatoires reconnues. Utilisé depuis des siècles en médecine traditionnelle, l’harpagophytum soulage les douleurs arthrosiques modérées du chien.

Sous forme de poudre, l’harpagophytum est un excellent choix pour combattre les problèmes d’arrières train du chien.

 

 

Voir aussi : 

 

Retour au blog